Pinus Mugo

Lorsqu'on parle de pins à deux aiguilles, on pense généralement au pinus thunbergii, toutefois le pin maritime présente les mêmes caractéristiques d'entretien et de coupe c'est pour cela que nous n'avons pas centré cet article uniquement sur le premier. On peut aussi facilement se procurer en pépinière des pins sylvestres et des pins mugho. Les arbres autochtones seront traités comme le pin à 5 aiguilles.




FORMES UTILISEES

Le pinus thunbergii, porte en lui une image de puissance que l'on doit retrouver lorsqu' on le travaille en bonsai. Il est impressionnant en prenant de l'âge en raison de son écorce écailleuse. Le pinus corticosa présente aussi deux aiguilles mais les ailettes de son tronc et de certaines de ses branches ne permettent pas un ligaturage facile. Il est toutefois assez étonnant et spectaculaire pour qu'on lui pardonne l'imperfection de ses formes. Le pin maritime quant à lui est beaucoup plus fin et gracile et permet d'élégantes formes battues par le vent .

SOINS

Assez peu gourmand en eau, il ne se rempote pas très souvent , tous les six ou sept ans pour un arbre bien implanté et il aime les expositions très ensoleillées. Son principal problème est le maintien de la forme.




LE REMPOTAGE

Pour le pinus thunbergii et le pinus corticosa, il faut choisir des coupes assez profondes. un arbre bien installé peut rester facilement 6 ans dans son pot. Veillez aussi à choisir une coupe en harmonie avec la rusticité de son tronc. On peut opter pour plus de fantaisie avec les pins maritimes.




LE PINCEMENT

C'est le plus important pour le maintien de la forme des pins à deux aiguilles d'autant plus que le pinus thunbergii n'aime pas qu'on le touche de trop. Il a tendance à pousser beaucoup au sommet et à s'étioler dans le bas. Il va falloir répartir l'énergie autrement.

On commence à préparer le pinçage dès la chute des anciennes aiguilles en retirant encore des aiguilles sur les branches les plus vigoureuses et en les laissant toutes sur les branches les plus faibles. Après ça, on peut couper les branches inutiles et ligaturer si c'est absolument nécessaire.

Au printemps, on commence par pincer les bourgeons les plus petits sans toucher à ceux des branches les plus faibles. Une semaine on pince au tiers ou à la moitié les bourgeons les plus forts,la semaine suivante, les zones de moyenne croissance et enfin, la dernière semaine, les zones les plus faibles.

En été, on commence à se rendre mieux compte de la puissance utilisée par les nouvelles pousses et on va pouvoir corriger de nouveau par la coupe. La particularité des pins à deux aiguilles est de repercer facilement si on coupe le bourgeon terminal . On peut diriger la prochaine pousse . En effet si on coupe une paire d'aiguilles un peu au-delà de son point d'ancrage, de nouvelles aiguilles vont percer entre les moignons restant. Il suffit de repérer les aiguilles qui paraissent bien orientées , de les couper et de couper le bourgeon terminal.




MALADIES ET PARASITES

Comme pour la plupart des conifères, veiller à bassiner l'arbre lors des grandes chaleurs pour éviter l'invasion d'araignées rouges.